Matthieu Dubois

Mathieu_Dubois

 

Né en 1986, Matthieu Dubois commence la pratique des arts martiaux à l’âge de sept ans par une brève initiation au karaté shotokan, puis s’essaye à l’Aïki-budo, un peu de boxe chinoise, avant de découvrir la pratique de l’Aïkido à l’âge de 16 ans – laquelle répond à la fois à son désir de pratique martiale associant travail à mains nues et aux armes, et à la nécessité qu’il éprouve intérieurement de dépasser la violence inhérente au combat, afin de heurter autrui le moins possible.

 

Il pratique l’Aïkido tant en France (d’abord dans un petit club de village, puis à Lyon) qu’en Allemagne (Berlin) et en Belgique (Louvain-la-Neuve), découvrant et expérimentant des écoles différentes. En 2009, il commence une thèse de doctorat portant sur les liens entre poésie contemporaine et pratiques martiales modernes, qui le pousse à s’investir beaucoup plus dans l’Aïkido, dans un but d’éclaircissement et de compréhension approfondis. La rencontre inspirante de Maître Tamura lors de son dernier stage en Belgique sera décisive pour la suite de son parcours : il commence à suivre en stage régulièrement Mickaël Martin, puis Léo Tamaki – tous deux élèves proches de feu l’ancien disciple du Fondateur de l’Aïkido.

C’est la pratique de Léo Tamaki qui l’influence actuellement le plus : tant sa pratique (fondée sur des recherches personnelles au contact des plus grands maîtres actuels) que ses échanges privilégiés lui donnent accès à des éléments essentiels, à la fois pour ses recherches universitaires et surtout pour développer une voie pleinement équilibrée entre efficacité martiale et recherche de compassion dans les mouvements.

 

En particulier, c’est en suivant Léo Tamaki dans différents stages à travers la Belgique qu’il se lie progressivement d’amitiés avec Arnaud Lejeune. Leurs recherches respectives deviennent complémentaires et ils échangent régulièrement depuis plus de deux ans pour faire progresser mutuellement leur pratique. Depuis novembre 2013, Arnaud l’invite ponctuellement à donner cours dans son dojo et lui a permis de diriger une journée au stage d’Aïkido kishinkai l’été dernier.

Stéphane Crommelynck

 

Stephperou

Stéphane pratique les arts martiaux depuis plus de 35 ans. Il a débuté par le Judo et découvre l’Aïkido en 1977. Après une pratique de quatre années, il entreprend quelques voyages et met l’art en veilleuse jusqu’en 1988, période depuis laquelle il pratique assidument.

Il enseigne depuis 1994 dans différents endroits et en milieu scolaire, a créé son propre Dojo à Chaumont-Gistoux en 2002 et un nouveau dojo à Bruxelles en 2014 après avoir donné cours près de dix ans au Suki Dojo au coeur du Quartier Européen.
Il a suivi des cours et stages avec quelques-uns des plus grands noms de la discipline mais le phare de son Aïkido restera Tamura Sensei qu’il suivra au maximum de ses possibilités.

En 2007, il fait la connaissance de Léo Tamaki qui va lui faire découvrir un aspect différent de la pratique, jusqu’alors très physique, et changer totalement sa vision des arts martiaux. Grâce à ce professeur et ami, il va faire la connaissance d’enseignants et de Maîtres d’exception tels les Senseis Akuzawa, Kono, Allen Pittman et surtout Hino Akira Sensei dont le sens du geste va le marquer de façon très forte et dont il va grandement s’inspirer dans son étude du Budo.

Outre l’Aikido, Stéphane a également pratiqué le Katori Shinto Ryu, le Tai Ji Quan, le Yoga et le Shiatsu dont il est praticien diplômé. Les méthodes de soin et de santé ont toujours fait partie intégrante de son parcours.